Une fillette de 11 ans tombe enceinte après avoir été violée par un policier pédophile

Tracey May n’avait que 11 ans quand elle a été violée par un policier pédophile. Elle est tombée enceinte, mais elle a fait une fausse couche et elle a perdu le bébé.

La victime a confronté son agresseur en cour, mais elle n’a pas le droit de le nommer publiquement. Un ordre de non publication de la cour a été demandé au début des procédures sans qu’on sache trop pourquoi et il n’a pas de date d’expiration. Tracey ne pourra donc jamais nommer son agresseur publiquement même s’il a été reconnu coupable.

« Je l’ai confronté en cour et je n’avais pas peur pour la première fois de ma vie. Puis on m’a dit que je ne pourrais jamais le nommer », a déploré Tracey, maintenant adulte.

Et le policier pédophile a fait plus de neuf victimes de viol, tous des enfants entre 5 et 17 ans, sur une période de 18 ans, jusqu’en 1985. Un enfant a été agressé dans un véhicule de police. Un autre a été agressé à la station de police. Quand le policier a été dénoncé par des parents à Victoria, en Australie, il a demandé un transfert South Wales où il a agressé sept autres enfants.

Ce n’est qu’en 2016 que le policier pédophile a été condamné à 15 ans de prison pour ses crimes, mais les médias ne peuvent pas le nommer pour une période indéfinie.

Mais Tracey refuse de garder le silence. Elle veut nommer son agresseur publiquement et elle a la ferme intention de se battre jusqu’au bout pour pouvoir le faire.

« Je vais me battre pour avoir le droit de le nommer. J’ai été réduite au silence, c’est le temps de parler! » a t-elle déclaré.

Même si l’ordre de non publication est demandé pour protéger l’identité des victimes au départ, les victimes ne sont jamais consultées.

« Si une victime veut raconter son histoire et nommer la personne qui l’a agressée pour protéger d’autres victimes potentielles, elle ne peut pas. Et la victime est ainsi victimisée une fois de plus dans le processus judiciaire », a déploré Greg Davies, Commissaire aux victimes d’actes criminels.

En théorie, Tracey pourrait faire appel de la décision en cour pour avoir le droit de nommer son agresseur. On ignore si elle optera pour cette voie.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *