Un homme politique américain affirme que Beyoncé n’est «pas noire» et qu’elle s’appelle Ann Marie Lastrassi

Un homme politique américain affirme que Beyoncé n’est «pas noire» et qu’elle s’appelle Ann Marie Lastrassi

La polémique enfle aux Etats-Unis depuis qu’un candidat au Congrès américain a partagé une théorie improbable sur les réseaux sociaux, selon laquelle Beyoncé ne serait «pas vraiment noire» et prétendrait l’être pour gagner en notoriété.

Persuadé d’avoir percé à jour la chanteuse, KW Miller a publié une série de tweets dans lesquels il expose plusieurs théories particulièrement saugrenues. «Beyoncé n’est pas Africaine-Américaine. C’est juste de la publicité. Son vrai nom est Ann Marie Lastrassi. Elle est Italienne […] Beyoncé, personne n’est dupe !», a écrit l’homme politique sur les réseaux sociaux.

KW Miller a également expliqué que «Formation», l’une des chansons les plus politisées de Beyoncé, issue de son album «Lemonade», serait en réalité un «message codé» dans lequel elle «avouait clairement qu’elle était démoniaque et qu’elle vouait un culte aux églises sataniques de l’Alabama et de la Louisiane».

Black Lives Matter en ligne de mire
Dans «Formation», Beyoncé chante : «Je pourrais bien être une Bill Gates Noire en devenir». Il n’en fallait pas plus à KW Miller pour y voir un nouveau complot. «Quatre ans plus tard, en 2020, le mouvement Black Lives Matter terrorise le pays et au même moment, Bill Gates milite pour une vaccination contre le COVID».

Le candidat, fervent supporter de Donald Trump à en juger par les hashtag #Trump2020 et #MAGA utilisés à outrance sur sa page, a conclu sa diatribe en accusant les personnalités noires de cultiver une forme de victimisation au lieu «d’élever la communauté noire».

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *